CHARTE organisateurs

Edition 2019

Réglement du Raid 28

Liste des inscrits

Résultats définitifs



 

Edition 2018

Liste des inscrits

Résultats définitifs


 

ESPACE BENEVOLES

ESPACE PARTENAIRES


carrefour les Ulis

raidlight

clearchannel

societegenerale

nossa

radio vieille église

CC M Pagnol

naturetrail

Renault

UFR STAPS Paris11

UFR STAPS Paris11

Ostéobio

mario_ribeiro.jpg

terrederunning.jpg

part_des_anges.jpg

rando_running.jpg

outdoor go

arnaud_lemoine.jpg

ubeca

macif

Martin Nobel

Bières Grand Morin

Airpod

internet innovation

transdev.jpg

 







FORUM


CONTENU DU MESSAGE

Cette année, dans le Raid 28, certains coureurs connaitront "l'effet tunnel". En effet, il faudra être immergé dans le bain pour comprendre enfin cette loi de la physique : l'effet tunnel. Rappels de physique :

L'effet tunnel désigne la propriété que possède un coureur mégatrocique de franchir à temps une barrière horaire, franchissement qui demeure impossible à un coureur non entrainé. En effet, ce comportement n'est pas très différent d'une équipe à l'autre face à la barrière horaire car elle est potentiellement satisfaisante à l'équation de Schrödinger. Rappelons que celle ci, dont nous parlâmes abondamment en 2008, décrit l'évolution dans le temps d'une équipe du Raid 28 qui se traine sans s'en rendre compte, et remplit ainsi le même rôle que l'on attribue aux errances des équipes qui avouent avoir trouvé leur chemin alors qu'elles s'étaient fourvoyées. En raison du caractère probabiliste qu'elle introduisait, la mécanique ondulatoire de Schrödinger suscite initialement de la méfiance chez quelques capitaines à la retourne qui n'osent jamais avouer qu'il n'ont pas le niveau d'énergie compatible avec les espérances que l'on avait placé en eux.

Faut il reparler du célèbre matou ? Bien sûr que non, puisque ce n'est pas le sujet...

On notera à ce propos que la durée de traversée d'un tunnel par une équipe à la recherche d'une barrière horaire, voire mégatrocique, a été, et est encore, le sujet d'âpres discussions. Des études assez nombreuses dans le domaine électromagnétique ou photonique ont révélé l'apparition de ce que l'on peut interpréter comme des vitesses supravingthuitiques, respectant toutefois la relativité du passage à temps : il s'agit du phénomène connu sous le nom d'effet Ralbol-Dello, deux éminents scientifiques italiens dont les travaux conduisirent à une meilleure connaissance de l'effet tunnel ; c'était bien le sujet, non ?

Depuis que nous avons un électron dans l'organisation du Raid 28, on y voit plus clair, vous ne trouvez pas ?

C'est l'bordel! S'il faut être immergé dans le bain pour valider l'effet tunnel, c'est toute la théorie de Schrödinger qui boit la tasse car le chat va se noyer. N'est-ce pas la naissance d'une théorie de remplacement: le Ragondin de Pilorget!

BEN, OUI, Y A DES CHOSES QUI COULENT DE SOURCE. FRANCHEMENT, SI T AS PAS COMPRIS CA FAUT PAS Y ALLER.

onf